Pour atteindre le château,
il faut grimper jusqu’ à la petite église de Saint-Martin :
adossée à ses murs, on découvre une maison de maître
girondine aux pierres blondes, bâtie sur un promontoire.

Depuis sa terrasse, la vue est à couper le souffle : l’isthme de la Dordogne, les vignes et pigeonniers alentours… à la nuit tombée, on distingue même les lumières de Bordeaux.

 

En contrebas, un petit parc ombragé surplombe la route qui mène à Libourne. On devine encore l’ancien lavoir, mais seul le souvenir des plus anciens peut rappeler aux enfants que cette belle pelouse était jadis l’aire de détente du cheval avec lequel on travaillait la vigne.

Cette vieille bâtisse,
où chaque pièce, chaque objet, rappellent le souvenir
des générations qui se sont succédées pour faire
de Beauséjour une référence sur Saint-Émilion, reste le trait d’union
entre les différents membres de cette famille.

Car la volonté commune des héritiers Duffau-Lagarrosse, très attachés à la vigne et à leurs racines, est bien de conserver, de faire vivre et de transmettre à leurs enfants ce Château Beauséjour au nom prédestiné.